STRANGER THINGS : Fausse bonne idée ou véritable coup de cœur ?

Vous aimez ? Partagez !

     À moins d’avoir passé tout votre été en ermite, reclus de toute civilisation, ou encore éloignés de tout réseau social, le nom de « Stranger Things » ne vous est certainement pas inconnu. Retour sur cette bombe télévisuelle, et ce qu’il faut en retenir, alors que la saison 2 est d’ores et déjà confirmée.

stranger-things-aussi-populaire-que-game-of-thrones-saison-2

 

     D’abord, Stranger Things, qu’est-ce que c’est?

Stranger Things, c’est l’une des dernières productions originales de la plateforme de streaming légal internationale Netflix. Lâchée comme un cheveu sur la soupe au milieu de l’été, sans réelle promotion (la première bande annonce n’est sortie que quelques jours avant la diffusion de la série) et sans que personne ne l’attende réellement, elle a pourtant déchainé les passions. À peine quelques heures après la sortie de sa première saison, une pluie d’avis élogieux s’abattait sur ce que certains considèrent déjà comme « l’une des meilleures séries de ces dernières années ». Il suffit de se rendre sur des sites tels qu’Allociné ou ImDb pour voir que la série a très vite pris sa place en haut du podium, dépassant même les très appréciées Game Of Thrones, Breaking Bad et autres The Walking Dead.

 

netflix-stranger-things-trailer

 

La trame est pourtant simple: 1983, Hawkins, une petite ville de L’Indiana. Will Byers, un jeune garçon disparait sans laisser de traces. S’en suit alors une quête pour le retrouver alors que l’horloge tourne dans cette ville, et que des phénomènes paranormaux viennent se joindre à la fête. Un plot on ne peut plus classique, donc, rassemblé sur seulement huit épisodes.

     Mais alors, qu’est ce qui plait tant?

On l’a dit, rien de bien spectaculaire chez Stranger Things au premier abord. Une histoire pas vraiment originale, portée par un casting pour la grande majorité totalement inconnu et une Wynona Ryder méconnaissable; un groupe de héros aux faux airs de scooby-gang où la moyenne d’âge s’élèverait à 12 ans; des bicyclettes sorties directement des années 80 comme personnages à part entière et des pantalons taille haute, le tout bercé par le délicieux son du synthé des eighties. Plus quelques monstres par ci par là.

 

header3-stranger-things-80s-movies

 

C’est pourtant bien la simplicité de cette série qui fait tout son charme. Si elle n’est pas la plus interessante, ni même la mieux réalisée, c’est le genre de programme qui à peine le dernier épisode fini vous laisse déjà en manque.

C’est justement cette omniprésence des eigthies qui fait la grande force de Stranger Things. La série se construit au travers de nombreuses références aux monuments des années 80 , menées avec justesse, et que les plus attentifs s’amuseront à déceler : X-files, The Thing, E.T, Les Goonies, Poltergeist, Evil Dead, Stephen King et Spielberg…Tout y passe, sur un fond de musique électro qui vous donne envie de ressortir vos cassettes et votre boombox vintage.
Parce que Stanger Things, c’est surtout la série de la nostalgie, la vraie. Celle qui rappelle aux plus vieux que les années 80, « c’était le bon temps », et qui donne aux plus jeunes l’impression d‘avoir toujours connu cette époque. C’est une série à ambiance, renforcée par des acteurs on ne peut plus convaincants malgré leur jeune âge, et une diversité de personnages qui sauront forcément gagner votre affection.

     Le mot de la fin: je me lance ou pas?

 La réponse est oui, à 200% oui. Après tout, qui n’a pas envie de ressentir l’effet feel good d’E.T dans une série de qualité, avec de bons effets spéciaux et une enquête qui malgré tout, vous tient en haleine? (Et surtout, vous aurez l’air moins perdu lorsque votre ami hyper connecté vous demandera ce que vous avez pensé de la fin, et ça, c’est déjà beaucoup.)

 

(Visited 53 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *