Juste la fin du monde (film 2016)

Vous aimez ? Partagez !

Un film français

Juste la fin du monde est le nouveau film du réalisateur canadien Xavier Dolan. Ce dernier considère cependant son film comme un film français car c’est l’adaptation d’une pièce de l’auteur français Jean-Luc LAGARCE. Il reprend donc l’histoire de Louis, jeune auteur qui reviens visiter sa famille après 12 ans d’absence pour leur annoncer sa mort. Le casting est essentiellement composé d’acteurs français : Gaspard Ulliel, Léa Seydoux, Marion Cotillard, Nathalie Baye et Vincent Cassel. Ce n’est pas un « beau » casting pour la réputation des acteurs, mais plutôt pour la qualité de leur jeu qui se révèle incroyable dans le film

Photo prise par Bertrand Langlois, Agence France Presse
Photographie de Xavier Dolan prise par Bertrand Langlois, Agence France Presse.

Une adaptation, des émotions

Le réalisateur a voulu adapter fidèlement la pièce. Il a déclaré lors d’une interview au festival de Cannes : « j’avais envie d’un exercice […] de groupe ensemble avec les acteurs, où on se frottait à la langue de quelqu’un ».
Même si l’on peut aisément croire que l’histoire est le produit du réalisateur, on devine clairement l’aspect théâtral dans le film. D’abord, le jeu des acteurs est mis en lumière par les plans serrés et les gros plans. Ils peuvent être déstabilisants au début car ils permettent la transmission notamment de malaises dû aux émotions des personnages. Donc, lorsque chaque personnage prend la parole, il y a un gros plan sur lui et sur ceux qui l’écoutent. Ensuite, on peut visualiser la pièce de théâtre à travers le lieu quasi unique : la maison familiale. Notons aussi que la durée est celle d’un long repas.

Garspard Ulliel dans le rôle de Louis
Garspard Ulliel dans le rôle de Louis

Xavier Dolan, 6e personnage

On capte nettement la présence de Dolan dans le film. Le film se comprend autant par les dialogues que par les silences, jeux de regards et d’expressions qui transmettent l’émotion et la psychologie des personnages. On voit s’opérer des changements émotionnels (vacillements entre amour et haine, réjouissement et incompréhension) qui sont transmis avec brio au spectateur par la caméra. On ressent ainsi la présence et l’énergie du réalisateur qui nous parle dans ces silences, avec des plans ébranlants, mais convaincants, qui font la qualité du film.

Gaspard Ulliel dans le rôle de Louis
Gaspard Ulliel dans le rôle de Louis
Vincent Cassel dans le rôle d'Antoine
Vincent Cassel dans le rôle d’Antoine

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez visionnez la bande annonce du film ci-dessous :

(Visited 30 times, 1 visits today)

Sophie Maurice

Étudiante en L2 de Lettres Modernes Appliquées, Université de Nîmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *