Un Noël à l’espagnole

Vous aimez ? Partagez !

Dans quelques semaines, à peine, c’est Noël et nous avons, pour la plupart, la sensation d’être devant la fête la plus célébrée au monde. Cependant, il y a des petites différences d’un pays à l’autre et notamment entre la France et l’Espagne, deux pays voisins. Pas de soucis, on est ici pour vous éclairer sur les traditions de cette dernière!

En Espagne, les festivités de Noël commencent plus tard qu’en France car nous n’avons pas de fête de Saint-Nicolas le 6 décembre. Cependant, nous avons une autre fête ce jour-là, mais pour une raison différente : l’anniversaire de la Constitution espagnole.

La nuit de Noël ou la Nochebuena, on dîne avec toute la famille et les fruits de mer, ainsi que la dinde et l’agneau, triomphent lors du repas. La poinsettia ou étoile de Noël ( flor de pascua ) est la fleur qui règne dans la décoration de table. Les parents décident s’ils choisissent d’offrir les cadeaux soit le 25 décembre (día de Navidad), soit le 6 janvier (día de Reyes), soit lors des deux occasions comme c’est généralement le cas. La fête du 6 janvier reste cependant la plus importante car toute la famille s’offre des cadeaux, et pas uniquement les parents aux enfants.

Le Réveillon, ou la Saint-Sylvestre, est le jour de Nochevieja où toutes les familles mangent ensemble le soir. En Espagne, il y a une tradition le 31 décembre à minuit, qui consiste à manger 12 grains de raisins en parallèle des 12 coups de cloche, lancés depuis l’horloge de la place centrale Puerta del Sol à Madrid ( image à la une ) et retransmis sur les plus grandes chaînes télévisées. Toutes les familles se mettent devant la télé afin de suivre le processus et de ne manquer aucun grain de raisin. Moment stressant et parfois délicat lorsqu’on doit avaler tous les grains de raisin en 12 secondes et que l’on doit penser, en même temps, à nos souhaits pour la nouvelle année.

Après avoir trinqué avec du champagne, on se met sur son trente-et-un (et on n’oublie pas la lingerie rouge en dessous pour attirer la bonne chance) pour sortir en boîte avec les amis jusqu’au lever du soleil. Il est habituel de rentrer chez soi vers 10 heures du matin, après avoir mangé des chichis avec du chocolat chaud. Le lendemain, c’est jour férié : toute la famille mange ensemble les restes, puis chacun va se reposer et essaie de se remettre de sa gueule de bois.

Mais c’est surtout le jour des Rois Mages que les enfants adorent. Après avoir envoyé une lettre aux Rois d’Orient avec toutes leurs bonnes résolutions et leur liste de cadeaux, ils sortent avec leurs parents, le 5 janvier, voir les défilés des Rois, qui ont lieu dans toutes les villes espagnoles. Les carrosses avancent en musique tout en portant les Rois et leurs pages, qui lancent des bonbons à la foule. Commence ainsi une guerre – parfois acharnée – entre les enfants et leurs parents pour ramasser le plus de bonbons par terre.

Le lendemain, le 6 janvier, on va de maison en maison pour offrir et récupérer des cadeaux. Selon la légende, si tu n’as pas été sage pendant l’année, tu recevras du charbon en guise de cadeau ( il y en a de sucre ) : c’est la plus grande crainte des enfants. Encore une fois, toute la famille mange ensemble le midi, avec comme dessert principal le Roscón de Reyes (semblable à la Galette des Rois) qui cache un petit santon à l’intérieur.

Mais il existe une grande varieté de sucreries pour manger pendant cette période: du turron (à l’amende, au chocolat, aux fruits, au jaune d’oeuf), des mantecados (gâteaux au saindoux), des polvorones (petits gâteaux à la pâte sablée), des hojaldres (petits gâteaux à la pâte feuilletée), des mazapanes (massapains), des peladillas (draguées)…!

(Visited 64 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *