Îles Kiribati, en voie de disparition

Vous aimez ? Partagez !

Les îles Kiribati 

La République Kiribati, située dans l’océan Pacifique, est un État d’Océanie composé de 3 archipels. Les trois archipels sont les îles Gilbert, les îles Phœnix et les îles de la Ligue. Elle comprennent 32 atolls, et Banaba, une « île haute ».

C’est une république parlementaire indépendante depuis 1979 qui comprenait 110 110 habitants en 2015.

Il y a une quinzaine d’années,  les habitants de Tebunginako, situé sur l’atoll d’Abaiang, ont été relocalisés en retrait du rivage en raison de la montée des eaux. En effet, entre 1964 et 2006, les zones côtières ont reculées de 80 mètres.

En voie de disparition 

Leur émission de gaz à effet de serre sont négligeables (72 000 tonnes de CO2 contre 334 millions de tonnes de CO2 en France en 2013). Pourtant, c’est eux qui subiront les effets du changement climatique en premiers : érosion costale et submersions marines, salinisation des sols et maigres ressources en eau douce, mais aussi hausse des températures et de l’acidification de l’océan… qui provoquent peu à peu l’engloutissement des îles. 

L’heure est tellement grave pour les habitants de cette ville qu’un projet de survie est en discussion : si nécessaire, les dirigeants des Kiribati envisagent de déplacer leur population sur les îles Fidji.

Raconté par Julien Blanc-Gras

Julien BLANC-GRAS, journaliste et écrivain français a écrit son livre Paradis [avant liquidation] à la suite de son voyage dans les Kiribati. Il raconte son voyage, les enjeux et difficultés auxquels doivent faire face les habitants, notamment par des témoignages des locaux,  en passant par la description des îles, leur mode de fonctionnement … Il fait voyager le lecteur, tout en lui ouvrant les yeux sur le monde et les enjeux climatiques.

« Il y a des pays en voie de développement et des espèces en voie de disparition. La république des Kiribati est un pays en voie de disparition. Perdu au milieu de l’océan Pacifique, ce petit paradis semble promis à l’engloutissement par le réchauffement climatique.
J’ai organisé ma vie autour d’une ambition saugrenue, le quadrillage méthodique de la planète. Moteur : toujours voir un pays en plus. Ce qui se profile ici, c’est un pays en moins. Je dois m’y rendre avant qu’il ne soit rayé de la carte. » Julien BLANC-GRAS.

(Visited 94 times, 1 visits today)

Sophie Maurice

Étudiante en L2 de Lettres Modernes Appliquées, Université de Nîmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *